28 août 2009

moiteur

Et août n'en finit pas. Il n'en finit pas de me coller à la peau, comme ces chewing-gums impolis qui restent collés sous vos semelles. Vivre dans le noir, enfermée, confrontée à sa nullité et à l'angoissante page blanche. Comme si j'avais encore le temps ou le choix de me morfondre dans cette page vierge. Non je n'ai plus le temps. On m'attend, au tournant avec des remarques, qui je le crains, ne brilleront pas par leur gentillesse : "-Mademoiselle, vous avez eu un an ou presque pour rendre un travail valable. 30 pages ce... [Lire la suite]
Posté par mifiguemiraisin à 17:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 mai 2008

Du vert des chapeaux et du sucre en poudre

Une page blanche nécessaire et essentielle. Une page vierge de toute rature, ou quelques gouttes de sang seraient comme ce sang sur la neige, qui dans un effet catharsique délivreraient la sagesse absolue et les secrets du monde. Comme quoi, Chrétien de Troyes n'est peut-être pas ce troubadour gueux que je crois. Je suis une pyramide inachevée. Du vert, du vert et du sucre en poudre, et surtout des chapeaux. J'en oublierais presque les lunettes de soleil. WA-HOu ! Tout est si flou. Du flou au floup il n'y a... [Lire la suite]
Posté par mifiguemiraisin à 21:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 avril 2008

Sans queue ni même de tête

Besoin intense d'une connection quelqu'elle soit. Les mots m'ont vidés ce soir. Ou peut être m'ont-ils remplis ? Qu'importe j'ai la tête en désordre, et une furieuse envie d'écrire. Comme ça, juste pour les mots. Juste pour qu'ils forment une ligne, une chaine à laquelle je puisse me tenir. Ou me retenir peut être. Flottement inattendu. Tes mots m'ont fais pencher. J'ai fondu en eux. Le ciel est bizarre ce soir. Beau mais bizarre. Comme une aquarelle qu'on aurait retravaillé à l'huile, mais juste quelques coups de... [Lire la suite]
Posté par mifiguemiraisin à 20:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 février 2008

Une grande leçon

Quand y en a marre, parfois y a malabards Bon la semaine dernière j'ai appris que je n'avais pas l'air super aimable sur mon répondeur, j'ai donc changé, et peut être pas pour le meilleur, mais au moins pour le plus drôle. Suite à plusieurs avis, j'ai également changé l'interface de ce blog, parait que ça faisait assez dépressif tout ce noir. Voyez comme je suis joyeuse et comme les couleurs sont vives. Nan la vérité, c'est que je ne suis pas joyeuse. Pas en ce moment. La vérité c'est que je suis d'une humeur... [Lire la suite]
Posté par mifiguemiraisin à 22:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 février 2008

Un vendredi soir ordinaire

une soirée ordinaire Un vendredi soir sur la terre azur. Un vendredi soir ou je vous écris déjà alcoolisée, alors que no me prépare une autre téquila sunrise. Un vendredi soir passé dans le meilleur pub de nice, un pub ou l'on peut écouter quelqu'un qui vous parle du rêve de votre de vie, alors que vous sachez pertinemment que vous ne le réaliserez probablement jamais. Une soirée passée dans un rêve sans contour, sans limite, flou, un peu comme moi Une soirée qui se termine ou commence avec les indéboulonables. Ceux qui... [Lire la suite]
Posté par mifiguemiraisin à 00:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 janvier 2008

Celle qui n'avait pas écrit au brouillon

? Autant l'avouer tout de suite, ce soir je me lance dans un post sans brouillon, ce qui constitue une grande première. C'est pas que je que sois psychorigide, mais je fais partie de ces gens ayant un fort besoin de cadres mentaux, physiques ou autres. Il faut me voir écrire un post en temps normal pour comprendre. D'abord une cigarette, puis une gorgée d'eau, puis des craquements de doigts, presque comme une sportive, je dis bien presque. Puis la feuille (si possible les intercalaires piqués au moment des partiels) et le bic. J'ai... [Lire la suite]
Posté par mifiguemiraisin à 20:47 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
16 janvier 2008

Funeste Fenêtre

Funeste Fenêtre Un cimetière en Lorraine. Tout y est gris, même les fleurs, comme si les gens ne devaient pas y être seulement tristes, mais désespérés. Triste à mourir Et ce ciel qui n'en finit pas d'être gris-cimetière-de-l'est, et ce déluge qui n'en finit pas lui non plus, à tel point que j'ai presque peur de mourir noyée en sortant m'intoxiquer sur ma fenêtre. Oui, le fumeur invétéré, vivant en milieu nicotinophobe, est un être trés courageux. Bravant les éléments et les funestes présages de sa famille ("tu vas... [Lire la suite]
Posté par mifiguemiraisin à 09:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]